Le lycée français René-Descartes de Phnom Penh est construit en 1951 par la France.

Fermé en 1975, il ouvre à nouveau ses portes en 1991 à l’initiative d’un groupe de parents d’élèves.

A cette époque, il ne scolarise que 13 élèves, les locaux ont été très dégradés, l’avenir économique et politique du Cambodge est incertain : la plus grande partie des locaux est rétrocédée au Cambodge. Seul, le petit Lycée est conservé, le grand Lycée devient l’Université de Management.

Depuis, les effectifs scolaires se sont accrus régulièrement, le nombre d’élèves inscrits s’élevait pour exemple à 1070 en septembre 2016.

L’établissement projette d’être proche de la barre des 1400 élèves à l’horizon 2020.

Les locaux étant devenus insuffisants face à la demande et en deçà des exigences qualité, un vaste projet immobilier, à l’initiative des parents d’élèves, a été mis en œuvre sur la période de 2012 à 2017.

Ce projet avait pour objectif :

  • D’accroître la capacité d’accueil de l’établissement
  • D’assurer la mise à niveau dans le domaine de la sécurité de l’ensemble du site
  • De mettre à disposition des professeurs et des élèves des espaces d’apprentissages adaptés et confortables, en particulier pour l’usage du numérique pédagogique
  • De réorganiser les espaces pour faciliter l’accueil des familles
  • De renforcer l’image de l’établissement

Les étapes du projet :

  • Septembre 2014 : une école nouvelle école maternelle de 7 classes et un préau couvert
  • Septembre 2015 : un bâtiment comprenant un pôle de restauration au rez-de-chaussée et 7 salles de classe élémentaires à l’étage et un espace sportif polyvalent comprenant une piscine et une salle multisports
  • Septembre 2016 : rénovation partielle du secondaire et de l’élémentaire
  • Septembre 2017 : fin de la rénovation de l’ensemble des bâtiments, création d’un nouveau bâtiment langues et d’une BCD pour l’école

Ce projet ambitieux est piloté par l’association des parents d’élèves.

Il est cofinancé à 75 % par les parents d’élèves et 25% par l’AEFE.

Il y a tout lieu de penser qu’un nouveau projet immobilier va devoir être engagé à l’horizon 2019/2020, si la croissance des effectifs reste régulière, le lycée ne disposant plus d’espace intérieur pour construire des nouveaux locaux.